Roussel raillait le Félibrige

Le numéro spécial (n° 53) de La Plume dirigé par Maurras et consacré au Félibrige excita la verve de Georges Roussel dans le numéro 54 du 15 juillet 1891 :

Dans le Midi

Savez-vous bien que Roumanille vient de mourir ? Eh oui ! parbleu, Roumanille le capoulié (capoulié veut dire : chef) du Félibrige (félibrige veut dire : association d’admiration mutuelle des Félibres ; félibre est un mot d’origine incertaine qui veut dire savant, sage) provençal (provençal veut dire : de la Provence). Ouf

L’Histoire ne nous dit pas s’il fut l’inventeur du jeu de cartes qui porte son nom, tant en faveur chez ces dames de brasserie, ni s’il laisse sur la terre de Provence, de petits Roumanillons. Ces historiens sont si négligents !

Bonne aubaine que la mort de Roumanille, le capou… (ah non je ne recommence pas) pour les chroniqueurs à court de copie, et je t’en fiche des dithyrambes émus, lourds pavés d’ours s’abattant de tous les coins du Félibrige sur le cadavre de Roumanille, qui, du fond de son modeste cercueil, doit s’étonner fort d’un tel débordement d’enthousiasme !

Comme il y avait en somme peu de choses à dire sur Roumanille, les panégyristes enragés se sont retournés contre Mistral. C’est très malin. Mais lorsque Mistral à son tour nous quittera (ici-bas tous les Félibres, comme les lilas, meurent !), l’article nécrologique déjà casé, ne pourra peut-être plus resservir. Voilà ce que c’est que de manger son blé en gerbe, comme dit ma concierge.

Il est vrai qu’avec un peu d’habitude et de patte, on parvient à retaper assez proprement un article éculé déjà ; les progrès obtenus en ce genre sont tous les jours plus surprenants : le journalisme à ses « bouifs » aussi.

Roumanille n’écrivait qu’en provençal, par tendresse, paraît-il, pour sa mère qui ne comprenait que cet idiome populaire. C’était donc un bon fils ; était-ce un grand poète ? je ne puis le dire ne sachant, tant mon éducation fut négligée, que l’allemand, encore un peu de latin, presque plus de grec, et le français. Aimer sa mère, c’est fort beau, mais j’aime aussi la mienne, et pourtant jamais mes amis les plus chers ne m’ont offert le titre de capoulié. Ça, je le jure sur les sacrés restes de Roumanille.

Roumanille était royaliste et papiste convaincu. Pour lui, dit un des croque-morts plus haut cités, le Pape était toujours à Avignon et lu Roi à Versailles. L’erreur de Roumanille aurait pu durer longtemps et même toujours, mais il s’est lassé d’attendre le retour du Pape et celui du Roi. Qu’il a donc bien fait !

Pourtant, nous affirme t-on, il s’accommodait assez bien de la République. Je le crois sans peine. C’était sagesse et bon sens, car s’il ne s’en fût pas accommodé, il n’y eût eu rien de changé en France : il n’y a maintenant qu’un rallié de moins.

Les convictions méridionales ne sont pas gênantes elles savent se maintenir dans des limites opportunes sans déborder jamais de compromettante façon.

Je ne blâme pas l’esprit pratique des braves et divertissants félibres dont nous jouissons et serais désolé que les amis de Roumanille s’offensassent de mes propos où n’entre pas la moindre parcelle amère de malveillance.

Que Roumanille repose en paix sous le ciel bleu de Saint-Rémy, à l’ombre fraîche du figuier natal. Adieu, bon capoulié.

Cette mort m’a cruellement rappelé une autre perte qui me fut plus sensible : celle de Tartarin (Édouard) de Tarascon, décédé à Beaucaire, en face de Tarascon, de l’autre côté du terrible pont, voilà bientôt six mois, je crois.

Ces deux grands génies, Roumanille et Tartarin, un peu méconnus l’un et l’autre, se confondront bientôt, je le sens, dans ma mémoire, et je ne saurai plus si ce fut Tartarin le capoulié à qui Mistral offrit en Avignon la coupe sainte, présent des poètes catalans, et Roumanille le tueur de lions, fondateur de la colonie libre de Port-Tarascon, ou bien au contraire…

Les morts vont vite !

Georges ROUSSEL.

Les rieurs étant déjà du côté de Roussel, Maurras eut l’intelligence de ne faire qu’une réponse symbolique dans le numéro suivant :

Nous recevons la lettre suivante, écrite à la suite de la dernière chronique de M. Georges Roussel : Dans le Midi. Nous sommes heureux de prouver une fois de plus notre indépendance absolue en donnant à M. Charles Maurras l’insertion qu’il désire.
L. D.

Mon cher Ami,

Votre Revue fait mes délices : elle est indépendante. Le 1er juillet, elle exaltait la poésie des Provençaux. Le 15 juillet, elle abandonne notre vénérable et cher Roumanille aux calembours de M. Roussel. Le 1er août, je n’en puis douter, vous me permettriez de répondre à ces railleries indécentes. Croyez bien que je le ferais si leur auteur s’était donné la peine d’écrire en un patois connu. Mais dans la prose de M. Georges Roussel, qui n’est assurément ni provençale ni gasconne, je ne me résous point à reconnaître du français. Insérez toujours ce billet et me croyez, mon cher Deschamps, avec vous de cœur.

Charles MAURRAS.

Tableau du Félibrige en 1891

En 1891 mourut Roumanille. À cette occasion La Plume confia à Charles Maurras la réalisation d’un numéro spécial qui devait donner un tableau aussi complet que possible du Félibrige.

En raison de la complexité de ce numéro, qui comprend des textes de Maurras, d’autres auteurs, et des poèmes de divers écrivains provençaux ou de langue d’oc avec leur traduction française, nous ne donnons en html que les passages dus à Maurras. Le texte dans sa version pdf reprend tout ce numéro spécial.

Une courte notice de 1894

Tirée du numéro 136 de La Plume (15 décembre 1894, p. 518-519), la courte notice suivante ne peut figurer parmi les œuvres de Charles Maurras, elle n’a ni l’originalité ni les dimensions qui lui permettraient cette ambition. Elle a néanmoins son intérêt ; si Une passade est un peu oubliée, Henry Gauthier-Villars, alias Willy, ne l’est pas : c’est bien le Willy qui épousa Colette puis signa plusieurs de ses ouvrages à défaut de les écrire, qui fut un journaliste brillant et un critique musical ou dramatique aussi avisé que féroce.

Bibliographie

Une passade

Notre collaborateur et ami Henry Gauthier-Villars vient de publier chez Flammarion un petit chef-d’oeuvre, cette Passade qu’il a signée de son pseudonyme habituel et déjà plus qu’à demi célèbre de Willy.

Nous ne parlerons pas de Willy. Willy, ce joli nom correspond dans l’esprit des lecteurs à des images parfaitement arrêtées et d’une netteté entière. Les directeurs de journaux disent déjà aux débutants « Faites-nous du Willy » comme ils demandaient du Janin il y a cinquante ans. Mais Willy vaut mieux que Janin, et Janin n’a d’ailleurs jamais écrit Une passade, ni rien qui vaille ce charmant poème de l’Amour-Esclave.

Une passade est, d’ailleurs, d’un Willy tout neuf, d’un Willy en profondeur, si j’ose ainsi parler. On le connaissait et on l’admirait pour l’agilité de ses sautillements, pour les vastes espaces de pensées qu’il courait en un clin de phrase, en un tour de main, en rien de temps, le nombre de secondes indispensables à la sommaire indication d’un bon calembour. Des calembours métaphysiques, des calembours moraux, Willy en fourmillait dans ses moindres cartons. Mais voici que le moraliste intégral se démasque, et le métaphysicien pur nous apparaît dans les pages d’Une Passade.

Ne riez pas. Il y a là une métaphysique, courte et bonne, d’une des passions essentielles de l’amour, qui, sans conteste, est l’habitude. Il y a une description de l’intérieur (très peu meublé, je le concède, mais la faute n’en est nullement au peintre, à Willy) d’une âme de petite femme.

Puis les jolis paysages de Montmartre ! Les tendres croquis d’anarchistes au café et, par dessus tout, la belle charge (elle était devenue nécessaire), de la jeune grue littéraire coiffée en Botticelli, allongeant des yeux de Lippi, discutant de perversité et de magnificence, et, pour couronne, se distribuant en récompense aux esthètes les mieux aimés des Muses les plus absconses.

Charles Maurras

Un jugement de Maurras sur Verlaine

Nous poursuivons notre exploration de la revue La Plume : la mort de Verlaine en janvier 1896 avait précédé de peu une vaste réunion poétique, qui se transforma bien vite en hommage et en élection du plus grand des successeurs.

À cette occasion, La Plume fit paraître l’avis de quantité de poètes, certains considérables — Mallarmé, Heredia, Moréas… — et d’autres bien oubliés. Parmi les avis, celui de Charles Maurras est critique envers Verlaine en qui il voit surtout l’exténuation finale de la révolte romantique entamée par Hugo. Cela lui donne l’occasion d’opiner pour Moréas comme le vrai grand poète du temps, restaurateur d’un certain classicisme.

Macchus échappé des Atellanes

Mon cher Deschamps,

Votre collaborateur M. Adolphe Retté, dans La Plume du 15 février dernier, mêle mon nom à de plates bouffonneries. Dites-lui, je vous prie, qu’il a perdu son temps : il ne m’a pas donné le sujet ni l’envie de m’intéresser à ses livres.
La première agression qu’il se permit à mon égard lui ayant été fructueuse, M. Adolphe Retté a cru sans doute qu’il pourrait réaliser indéfiniment le même profit. Il s’est trompé. Ces beaux calculs ne réussissent qu’une fois. Je vous prie de l’en informer.
Et je vous serais reconnaissant encore, mon cher Deschamps, de publier ces lignes à la place où mon nom a paru dans La Plume.
Cordialement à vous,

Charles Maurras.
Paris (7, rue Guénégaud) 17 février 1895.

Décidément Retté avait mauvais caractère et n’avait pas pardonné les critiques de Maurras sur son Thulé des brumes trois ans plus tôt.

Qu’avait donc écrit Retté dans le numéro du 15 février 1895 pour que Maurras envoie cette lettre à Deschamps, directeur de La Plume, en lui demandant de l’insérer dans le numéro suivant ?

Il avait employé quelques termes peu amènes, encore aggravés par le début de son article Chronique des livres consacré en partie aux Figures contemporaines de Bernard Lazare. Qu’on en juge plutôt :

[Nous ne donnons pas une assez longue citation de B. Lazare] Il m’a plu de placer en tête de ma chronique ces lignes prises à la préface de M. Bernard Lazare. Elles résument fort bien la pensée de quiconque écrit ce qu’il pense, au mépris des cénacles gémissants. Oui la haine est bonne et bonne aussi la fustigation des veules de « l’Art pour l’Art », cette absurdité au nom de laquelle se tripotent tels pleurnicheurs incapables d’un sentiment violent. Il est vrai que le souci d’exprimer droitement sa pensée suscite des malveillances… Qu’importe ?… Qu’importe encore si, parmi cette petite caste bourgeoise qu’il sied de dénommer la gent de lettres, maints baveux répondent aux arguments pressants par la calomnie ? Lorsque ces déjections proviennent de quelques Gitons lécheurs de chers Maîtres, de quelques mauvais clairs de lune exhibant leurs grâces en chemise de soie rouge sur les trottoirs de la Cité Inférieure, le coup de pied au cul qui rappellerait à ces Ganymèdes des jouissances habituelles, est superflu — le mépris suffit. Pour ceux qui se fâchent par procuration, une solide mornifle sur le muffle du messager est tout indiquée.

[…]

D’autre part je ne partage pas tout à fait l’opinion de M. Bernard Lazare sur M. Moréas, S’il « farde Lydia, Chloris et Lycé », s’il « fait soupirer ces amantes défuntes en des poèmes que le Limosin rencontré par Parnuge n’eût pas écrits peut-être mais qu’il n’eût certainement pas dédaigné », s’il se donne le ridicule d’octroyer, par firman spécial, la faveur à ses thuriféraires de s’intituler « les plus humbles de ses disciples », enfin, s’il mène à sa suite — sans doute pour s’en égayer — ce Macchus échappé des Atellanes, ce Πλατύστομος qui a nom Charles Maurras, M. Moréas n’en a pas moins écrit de fort beaux poèmes et qui resteront. Ériphyle même contient des vers de haute valeur.

On conviendra que ce n’était pas très gentil.

Lazare écrit à Sénèque

L’année 1891 est une année importante pour les rapports de Maurras et de Barrès. Nous avions déjà publié la Vision du moi de Maurice Barrès. La même année, dans La Plume qui consacre un numéro à l’éthique de Maurice Barrès, Charles Maurras publie un texte curieux.

Parmi les extraits de Barrès publiés à cette occasion, la Consolation de Sénèque le Philosophe à Lazare le ressuscité retient l’attention : c’est alors un extrait du récent Jardin de Bérénice. Maurras publie à la suite de ce texte une Réponse de Lazare le ressuscité à Sénèque le Philosophe.

Il ne faudrait pourtant pas croire ce dialogue sur un mode polémique : il s’agit bien plutôt d’un approfondissement et d’une appropriation originale des thèmes barrésiens par le jeune Maurras.